Belinda Hafir, téléconseillère chez Webhelp, va tourner dans le remake de… Voyage au bout de l’enfer :)

Le 6 juin 2016 par Magazine En-Contact

21040221_2013091315530322Après la rocambolesque histoire des pauses-pipi, qui seraient contrôlées dans un centre d’appels de Teleperformance, l’histoire qui a fait florès ces derniers mois, c’est celle Belinda Hafir. Téléconseillère depuis trois ans sur le site de Compiègne de Webhelp, Belinda a affolé les médias et sa direction en EXIGEANT, lors des NAO (négociations annuelles obligatoires), des augmentations de salaires pour un travail qu’elle trouve « très difficile ».
« Exigeant » est bien le mot adéquat puisque la téléconseillere, par ailleurs représentante du personnel et membre de la CGT, que nous avons interviewée, est parvenue à quasiment bloquer la production sur le site qui l’emploie, avec la « complicité » active des médias locaux de presse quotidienne régionale, très prompts à lui tendre le micro.
Inquiet de la résurrection de Zola, Germinal et Vautrin sur un seul site, si près de Paris, la rédaction d’En-Contact a interviewé Belinda mais attend toujours sa photo, demandée, et que celle-ci sait envoyer à d’autres médias nombreux et variés. On aura compris, de son gloubi-boulga inspiré, nous supposons,  par une lecture rapide en méthode accélérée de Marx que :
« le travail qui est demandé n’est pas faisable pour un Smic »… que « la direction du site court-circuite les DP (délégués du personnel) »… qu’elle a « quitté son précédent poste où elle fut agressée »… que « Webhelp a bénéficié de millions de CICE »… que « ses collègues ne désirent même pas devenir superviseurs tant le métier est difficile »… que « les accusations portées contre elle indiquant qu’elle aurait consulté pour résoudre un litige de voisinage la fiche client de ce voisin sur les applicatifs EDF, client de Webhelp sont infondées .. ».

Les éléments factuels pour étayer tous ces propos, on les attend toujours à la rédaction d’En-Contact. On est sûr de 3 choses pourtant.

Un, les techniques et méthodes de recrutement sont bonnes chez Webhelp car Belinda, la téléconseillère multi-gréviste, est très efficace en téléprospection de journalistes, et également habile en animation de réseaux sociaux.
Deux, la cafét’ doit être bonne à Compiègne pour que Belinda ait encore envie de prolonger son… séjour en enfer.
Trois, une des rares industries de services qui continuent de créer dans le monde et en France également, des milliers d’emplois, majoritairement en CDI, n’est pas parvenue à organiser sereinement le dialogue syndicats / dirigeants. Pourquoi ?

Manuel Jacquinet

Ecrit et rédigé au Xème jour de blocage du pays par la CGT, par un éditeur également scandalisé par les montants astronomiques de rémunération de Carlos Ghosn et consorts, pour que tout soit clair.
NB: La rédaction d’En-Contact se doit d’ajouter qu’elle a adoré Merci Patron, que cette brève n’est pas commandée par un annonceur, qu’elle a aussi interrogé Angélique Gérard, directrice des services clients de Free, sur les pratiques de ressources humaines dans les centres d’appels marseillais du groupe



Commentaires

Une réponse à “Belinda Hafir, téléconseillère chez Webhelp, va tourner dans le remake de… Voyage au bout de l’enfer :)”

  1. Cette article est risible pour qui travaille dans un centre d’appels… Le turn over dépasse l’entendement, le taux d’accident du travail est supérieur à celui du BTP… Ect ect… Le smic est la norme… Manuel Jacquinet n’est pas un journaliste mais un valet, il n’est pas un journaliste mais un chargé de com du patronat des centres d’appels… Sous presse pour sous journaliste.

Laisser un commentaire